Auteurs :
Christopher McAll, codirecteur scientifique, Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales et les discriminations (CREMIS)
Luc Gaudet, directeur général et artistique, Mise au jeu

Le projet de recherche Au-delà des étiquettes avait pour objet de mettre
les résultats d’une recherche, portant sur les trajectoires de vie et de santé de 40 prestataires de l’aide sociale (dont 20 personnes sans domicile), à la disposition des acteurs concernés dans différentes régions du Québec pour qu’ils puissent être utilisés et qu’ils alimentent des débats à ce sujet.

La problématique à l’origine du projet

Le projet répondait au besoin d’augmenter notre capacité collective à faire face à l’appauvrissement et à la stigmatisation des personnes bénéficiant de l’aide sociale au Québec. De plus large façon, il visait à contribuer à la recherche de solutions innovantes pour contrer les inégalités sociales et la discrimination. Du point de vue de la méthode, l’intention était de renouveler la façon de mettre en valeur des résultats de recherche (sous forme théâtrale) et de sortir des analyses en silo encouragées par les approches sectorielles traditionnellement mises de l’avant pour aborder cette problématique.

Description du projet : expérimenter pour innover

Utiliser le théâtre-forum pour faire entendre les voix de personnes vulnérables écoutées dans le cadre d’une recherche : telle a été l’approche préconisée par le projet Au-delà des étiquettes. Il s’agissait de créer des espaces de discussion citoyenne permettant de mieux comprendre le vécu de populations appauvries et ce, de manière délibérative en présence d’une diversité d’acteurs. Ces discussions ont servi de base à une réflexion collective sur les actions à entreprendre collectivement pour aborder cette problématique.

Le projet, dont la réalisation a été assurée par une collaboration entre le CREMIS, Mise au jeu et le Front commun des personnes assistées sociales du Québec (FCPASQ), a fait l’objet d’une tournée organisée dans huit régions du Québec en 2008 et 2009.

Facteurs favorables au processus d’innovation sociale :

  • Les liens existants et la confiance mutuelle, fruits d’une longue histoire de collaboration entre les acteurs responsables du projet, ont constitué les principaux facteurs favorables à sa mise en place;
  • Le réseautage de longue haleine dans les huit régions où s’est déroulé le projet a permis le succès de la tournée dans ces régions;
  • Le soutien et l’encouragement des organismes subventionnaires face à cette approche innovante
    – comportant une certaine part de risque – a permis la réalisation du projet.

Contrainte au processus d’innovation sociale :

  • L’homogénéité du public a parfois constitué une barrière à l’efficacité du processus délibératif; les journées les mieux réussies étaient celles où la diversité permettait l’émergence de « tensions créatrices ».

Retombées du projet et pérennité :

Le projet Au-delà des étiquettes a notamment permis :