Auteure : Nadine Arbour, coordonnatrice, ÉCOBES Recherche et transfert

Les Centres collégiaux de transfert de technologie en pratiques sociales novatrices (CCTT-PSN) sont nés en 2009 à la suite d’un appel à propositions du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. Au nombre de trois en 2009, ils étaient six centres en 2014 dont la responsabilité relevaient des collèges. Les CCTT-PSN fonctionnent comme des agents de transfert et de valorisation de la recherche et sont des lieux de recherche appliquée visant la satisfaction des besoins des milieux utilisateurs. Ils visent ultimement le développement social et la résolution de problèmes et d’enjeux sociaux exprimés par ces milieux. En relation constante avec les milieux de pratique, les CCTT-PSN leur offrent du soutien, notamment en matière de prévention, par le transfert des connaissances et la formation. Ils s’associent à différents partenaires tels que des institutions, des organisations ou des communautés afin de susciter de nouvelles pratiques sociales.

Problématique ou besoin : la fenêtre d’opportunité

Les CCTT-PSN ont émergé à un moment où plusieurs besoins se manifestaient dans divers secteurs d’activités. Pour ÉCOBES, les besoins des organisations scolaires en matière d’indicateurs de performance, les besoins de formation de la main-d’œuvre et de développement régional et les préoccupations accrues en santé et sécurité au travail chez les jeunes faisaient partie des problématiques à résoudre.

Description du projet : expérimenter pour innover

ÉCOBES se penche depuis 1982 sur les problématiques en santé et en éducation dans la région du Saguenay-Lac-St-Jean (SLSJ) et dans plusieurs autres régions du Québec. La démarche est basée sur la collaboration et le dialogue entre diverses disciplines des sciences sociales, une condition clé pour l’analyse de problématiques sociales variées et complexes. ÉCOBES accompagne les utilisateurs et les partenaires des milieux de pratique et d’intervention pour mieux répondre aux besoins régionaux. Le Centre adopte une perspective préventive comme moteur de développement social, en incluant chercheurs, étudiants et stagiaires dans le processus.

Facteurs favorables au processus d’innovation sociale :

Avec le recul, il est possible d’identifier certaines conditions ayant été centrales dans le succès que connaît ÉCOBES dans l’accomplissement de sa mission :

  • La mobilisation des acteurs qui permet le développement d’une vision commune et la coconstruction des savoirs et savoir-faire;
  • L’absence de hiérarchisation entre les acteurs, facilitée par la participation de comités-conseils lors des prises de décisions, favorisant ainsi une dynamique de concertation;
  • Le rayonnement du projet par la diffusion des changements de pratiques réels amenés par les travaux d’ÉCOBES.

Contrainte au processus d’innovation sociale :

  • La précarité du financement est un défi de taille. L’expérimentation de certaines solutions a permis d’atténuer les effets de cette contrainte, notamment la consolidation de partenariats stratégiques.

Retombées du projet et pérennité :

Globalement, les retombées des CCTT-PSN sont envisagées en termes de développement social et de cohésion sociale, en parallèle avec le développement économique. Les principales retombées d’ÉCOBES depuis  les dernières  années ont été de :